Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par virago

Road movie de vieux

LE VIEUX QUI NE VOULAIT PAS FÊTER SON ANNIVERSAIRE, Jonas Jonasson, Pocket, 2011, 507 pages, traduction Caroline Berg

LE LIEVRE DE VATANEN, Arto Paasilinna, Folio, 1989, 236 pages, traduction Anne Colin du Terrail

Hasard de mes lectures de rentrée, je viens de lire deux romans assez proches. Dans les deux cas, deux hommes mûrs ou même très mûrs, décident de changer de vie et partent un peu au hasard pour voir si l'herbe est plus verte ailleurs. Dans le roman de Jonasson, le vieux est Allan Karlsson, un ancien expert en explosifs qui s'est fait la main sur sa propre maison et qui refuse de s'intéresser à la politique. Il roule sa bosse dans tous les pays et croise le chemin de tous les dirigeants importants du XXème siècle. On trouve Staline, Truman, Mao, De Gaule et j'en oublie, le tout dans un irrespect total de la vérité historique. Le presque centenaire s'échappe de la maison de retraite où il est cloitré pour reprendre la route et faire la connaissance de personnages hétéroclites. Le roman de Paasolina montre un journaliste, le fameux Vatanen qui sauve un lièvre sur une route forestière. L'animal va changer sa vie, il va tout envoyer bouler et mener une existence plus frustre et pour lui plus authentique. Vatanen va à la découverte de nouveaux lieux au gré de ses envies et presque au gré du vent.

Vatanen et Allan vont croiser le destin d'autres personnages, souvent à la marge et vont connaitre des épisodes rocambolesques et presque toujours loufoques. L'atmosphère assez délirante m'a aussi fait penser à l'univers de John Irving mais à la mode nordique. Cette proximité de thèmes et d'univers m'a frappée, d'autant plus que j'ai lu, il n'y a pas si longtemps La Cavale du géomètre du même Paasilinna qui exploite cet imaginaire d'une errance sans autre but que de peut-être suivre son chemin. Mais qu'est-ce qu'il prend aux auteurs suédois et finlandais de lancer sur les routes leurs personnages? Je pensais que c'était tellement rebattu avec la littérature américaine que les écrivains n'avaient plus envie de s'intéresser au road movie. Il faut croire qu'en Europe du Nord, les auteurs sont en quête d'un ailleurs qui est finalement à leur porte, que la réalité mérite d'être irréaliste. Les personnages sont des paumés mais des gentils qui donnent finalement une image plutôt positive de l'humanité car malgré leurs failles et leurs défauts, ils sont empreints de bonté. Les héros rassemblent autour d'eux des communautés sans liens immédiats et qui vivent bien ensemble. Si tous les paumés du monde voulaient bien se donner la main...

Road movie de vieux

Commenter cet article