Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par virago

"C'est pourquoi son acte l'intriguait, témoin d'une décision prise en lui-même à son insu et impossible à justifier logiquement."

La Petite Robe de Paul, Philippe Grimbert, Grasset, 156 pages.

Et de trois. Voilà j'espère que maintenant, je vais tomber sur des livres qui me plaisent.

Paul, qui mène une vie rangée des voitures, avec Irène, qui l'aime et qu'il aime. Il fait un stage dans un autre quartier que le sien et en se baladant, à la pause, il tombe en arrêt devant une petite robe blanche accrochée à la vitrine d'une boutique. Cédant à une impulsion, il va l'acheter et tout de suite honteux de cet achat, car il n'en comprend pas la raison, il va la dissimuler dans un placard. Voilà le point de départ d'un séisme qui va secouer le couple et qui va mettre au jour des traumatismes longtemps enfouis. On sent bien la patte du praticien qu'est Grimberg, il explore les rêves, l'inconscient et les secrets des personnages. Mais je l'ai trouvé long, ce petit roman. C'est lourd, les moindres détails prennent des plombes à être décortiqués, je n'en pouvais plus et il me tardait que ça se termine, qu'on se débarrasse de cette robe et en même temps, j'ai trop vu l'explication venir, les ficelles (je ne saurai pas dire psychologiques ou psychanalytiques) étaient vraiment trop grosses. Déception.

Philippe Grimbert

Philippe Grimbert

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article