Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par virago

"L'encre d'imprimerie n'étanchera jamais cette soif."
BOURLINGUER, Blaise Cendrars, Folio, 1948, 499 pages
Après avoir vu un spectacle intitulé Braise et cendres avec Charlie Nelson (un très bon moment d'ailleurs), j'ai eu envie de lire Cendrars à nouveau mais plutôt qu'un roman, un écrit intime. Il faut dire que la vie de l'homme me fascine: tout à tour, aventurier, journaliste, écrivain, marin, soldat amputé d'une main, ayant connu toutes les grandes pointures de l'art du début du siècle et toutes les catégories sociales déclassées ou louches, ayant vécu mille vies en une, ayant voyagé aux quatre coins du globe.Blaise a vécu sans aucune mesure, buvant, fumant, aimant, avec excès et méthode. J'avais Bourlinguer à la maison, déjà le titre ça envoie. Mais alors, la lecture c'est comme une grand tourbillon, Cendrars prend le lecteur par la main et le lance sur son chemin, sur ses voyages incessants, sur sa boulimie de mouvements, de rencontres. Il explique son enfance, ce besoin permanent de ne jamais s'arrêter, de tout connaitre, de tout toucher; le sublime et l'ignoble. Un grand tournis d'images, de personnages truculents organisé par des noms de villes ou de pays dans lesquels  Cendrars a vécu. Je me demande ce qui le poussait à toujours partir, à ne jamais poser ses valises nulle part. Que cherchait-il ou que fuyait-il? Un seul point d'ancrage dans cette effervescence: la lecture. Car Blaise est un lecteur compulsif, un dévoreur de livres. Finalement sa seule patrie est celle des livres. Il se perd mais garde ce seul cap immuable. Tout ce qui domine cette quête permanente est quand même un autre point d'attache: l'immense compassion, l'immense tendresse de Blaise pour le genre humain. Il illumine les travers les plus bas, fait de paumés ou de dépravés des héros glorieux. Un grand bonhomme que ce Cendrars.
Blaise et Charlie Nelson dans Braise et cendres
Blaise et Charlie Nelson dans Braise et cendres

Blaise et Charlie Nelson dans Braise et cendres

Commenter cet article