Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par virago

"Honte à nous tous d'avoir laissé faire"
ELLE S'APPELAIT SARAH, Tatiana de Rosnay, Le Livre de poche, 2006, 402 pages
Une double histoire: celle de Sarah une petite fille juive de dix ans arrêtée lors de la Rafle du Vel' d'Hiv en juillet 1942 et celle de Julia Jarmond, une journaliste américaine vivant à Paris en 2002. Julia est chargée par son journal de rédiger un article sur les commémorations de la Rafle, et elle se rend compte qu'elle ne connait rien de cet épisode de l'histoire française. Elle n'est d'ailleurs pas la seule, peu de témoignages ou de traces de ce moment si peu glorieux de notre histoire nationale. Elle se lance dans des recherches et finit par croiser le chemin de Sarah, ce qui va changer le court de son existence qui semblait pourtant bien établie. Un énième livre sur la seconde guerre mondiale, me direz-vous. C'est vrai mais ce roman a une force particulière. D'abord parce que la double narration: celle d'époque et celle liée à la recherche de cette mémoire, lui donne un rythme particulier. Mais aussi parce que Tatiana de Rosnay donne une forte émotion à ces récits. toute une série de petites touches sensibles, des actions qui montrent soit la grandeur soit au contraire la bassesse de l'âme humaine. Sarah est hantée par ce qu'elle a fait, lors de la rafle, elle a enfermé son petit frère Michel dans un placard et sa seule obsession est de découvrir ce qu'il est devenu. Julia est hantée elle aussi par ce qu'elle pressent être un secret de famille. Dans ce livre-ci, de Rosnay s'interroge encore sur la "mémoire des murs", ce flot de vie qui imprègne de manière indélébile les lieux que l'on habite. Vraiment un très beau livre qui apporte une vision différente d'une époque que l'on croit si bien connaitre.

Commenter cet article