Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par virago

"Personne ne savait ce qu'il devait faire ni où il devait aller."
LE COLLIER ROUGE, Jean-Christophe Ruffin, Folio Gallimard, 2014, 161 pages
Un chien qui aboie sans cesse devant la prison où se trouve incarcéré son maître. Les habitants n'en peuvent plus, Dujeux le surveillant ne prison n'en peut plus. Il faudra trouver un moyen de faire taire ce clébard avant que tout le monde ne devienne fou. Lantier, un ancien officier est chargé de mener l'enquête afin de pousser Morlac à avouer les raisons de son acte. Quel acte? On ne le sait pas tout de suite. On suit les investigations de Lantier durant cet été 1919 dans le Berry. L'enquête déroule ses méandres avec de fréquents retours en arrière dans le passé de combattant de Lantier et dans son passé tout court. Et pendant ce temps, le chien aboie sans relâche.

Une variation réussie autour de la Grande Guerre. Morlac et Lantier montrent par bribes leurs désillusions face à la guerre à laquelle ils ont survécu. Leur passé de "héros" les gêne aux entournures, ils ont laissé derrière eux un grand pan de leurs espoirs et de leurs croyances en l'être humain. Une subtile dénonciation de l'inutilité de la guerre mais aussi une histoire autour de la fidélité. Le chien par le rythme qu'il marque vient souligner le caractère inconditionnel de cette loyauté envers celui qu'il aime: Morlac. On retrouve chez Ruffin son regard d'ancien humanitaire qui compatit à toutes sortes de misères et qui pose la question de ce qui constitue ses semblables.

Commenter cet article