Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par virago

" D'affranchir les riches de leurs richesses, "
LES CHRONIQUES DE WILDWOOD, Colin Meloy, illustratrice Carson Ellis, Michel Lafon, 2012, 523 pages, traducteur Jean-Noël Chatain

Un univers étrange en parallèle du Monde Extérieur qui est le nôtre. Une forêt dans laquelle les étrangers ne peuvent pénétrer, organisée en plusieurs lieux, chacun habité par des groupes distincts: les coyotes, la Principauté aviaire, les Mystiques, les Bandits... C'est toujours le même principe dans la fantasy, la création d'un monde qui ressemble au nôtre tout en étant différent. Ensuite un héros, ici une héroïne, Prue McKell, doit y pénétrer pour accomplir une mission périlleuse qui lui permettra de découvrir qui elle est vraiment. Donc pas de surprise, le schéma habituel est présent. L'intérêt de ces chroniques réside dans quelques créations intéressantes, déjà la forêt est charmante, elle est proche des forêts de contes, dangereuses et mystérieuses, tout en restant enfantine . Les animaux sont traités comme des humains et sont à égalité avec les autres habitants des bois. Ils sont humanisés car ils parlent mais fonctionnent en communautés autonomes qui vivent selon une organisation, une hiérarchie et ces communautés doivent cohabiter. Il y a bien sûr des méchants qui ne sont pas toujours ceux qu'on croit. Certaines critiques sont dithyrambiques, jusqu'à comparer ces chroniques au Seigneur des anneaux, faudrait tout de même pas exagéré. Je ne suis pas totalement conquise car beaucoup d'éléments sont très inspirés (cf. la citation que j'ai choisi du code d'honneur des Bandits qui me rappelle vaguement quelque chose) du coup l'originalité est un peu limitée. Je ne sais pas si le jeune lectorat aura été embarqué durant toute l'histoire car le rythme s'essouffle un peu. Les illustrations faites par la femme de l'auteur auraient pu être charmantes car un peu désuètes mais elles n'apportent pas toujours un plus.

Commenter cet article