Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par virago

"... certaines images de l'enfance restent gravées dans l'album de l'esprit..."
LE PRINCE DE LA BRUME, Carlos Ruiz Zafon, Pocket Jeunesse, 2011, 206 pages, traduction François Maspero

Max et sa famille fuient la guerre et vont s'installer dans une petite bourgade près de la mer. Les Carver recherchent la paix et une certaine tranquillité. La vie ressemble à des grandes vacances, les enfants se font un nouvel ami, Roland. Max et sa sœur Alicia se baignent et profitent du temps qui passe. Et pourtant rien n'est aussi lisse et simple qu'il n'y parait. Max ressent une sorte d'inquiétude qu'il ne peut expliquer. Rien ne tourne aussi bien qu'il le faudrait, et la famille n'est pas au bout de ses surprises. On retrouve dans ce livre jeunesse l'univers de Zafon, un mélange de fantastique vaguement inquiétant et d'onirisme que j'avais bien aimé dans les autres romans que j'avais lus (pour mémoire L'Ombre du vent et Le Jeu de l'ange). L'ambiance met mal à l'aise mais c'est très insidieux, tout semble normal, les lieux sont beaux, les personnages positifs puis petit à petit on est envahi par le trouble. Les personnages se trouvent pris par des maléfices et ils doivent lutter pour s'en sortir. Ici, les jeunes personnages sont peu à peu encerclés par une sorte de menace qui mettra du temps avant de se préciser et de montrer son vrai visage. Je trouve ces romans plaisamment dérangeants, quand j'y repense ils m'apparaissent comme flous, avec un mystère qui ne se lève pas même longtemps après. Je ne me souviens pas toujours de l'intrigue mais plutôt de l'atmosphère qui s'en dégage.

Commenter cet article