Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par virago

...maintenant, c'était à eux seuls de se lancer.

SWEET SIXTEEN, Annelise Heurtier, Casterman, 2013, 217 pages

Un petit bouquin comme un coup de poing. On a oublié à quel point l'Amérique de la ségrégation pouvait être violente. A quel point il a fallu du courage aux Noirs pour braver les Blancs afin de prétendre à l'égalité. Inspiré d'une histoire vraie, on suit le calvaire de neuf adolescents noirs qui ont été "intégrés" (quel vilain mot) dans un lycée n'accueillant que des étudiants blancs. Neuf contre deux mille cinq cents. Neuf à subir les insultes, les cris d'animaux (tiens, ça rappelle quelque chose), les brimades, les coups. L'histoire est découpée en chapitres alternant les vies de deux jeunes filles: Mollie, courageuse fille noire pénétrant dans l'école des Blancs et Grace, fille populaire, seulement inquiète de son pouvoir de séduction. Une belle leçon qui te vrille le ventre. Où finalement on se rend compte qu'une fois de plus la majorité des êtres humains ne vaut pas grand chose. Où la peur et la haine sont toujours mauvaises conseillères. Heureusement malgré la rage des ségrégationnistes, l'espoir d'un changement est présent. La souffrance endurée par ces jeunes gens n'a pas été vaine, même s'il reste encore du boulot pour que les mentalités changent. A mettre absolument entre toutes les mains, jeunes et moins jeunes, pour bien se rappeler que ce qui est important, ce n'est pas la couleur de peau. Pour bien se rappeler aussi que la connerie humaine est gigantesque.

Commenter cet article

virago 06/05/2014 19:20

Je note ma Caro, je note...

caro 04/05/2014 20:03

Sur le même thème, les oeuvres de Toni Morisson sont très puissantes, entre des morceaux de récits se glissent de courts textes lyriques, comme des choeurs antiques, que l'on n'oublie pas. Et comme en terme de racisme tous les peuples sont servis, lire aussi les oeuvres de Sherman Alexie,écrivain amérindien, notamment une oeuvre pour la jeunesse Le premier qui pleure a perdu, qui montre le double racisme, à l'intérieur et à l'extérieur de la communauté indienne, pour un jeune qui veut quitter sa Réserve.Bises Caro