Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par virago

J'aime écrire et lire dans les cuisines.

PARFUMS, Philippe Claudel, Le Livre de poche, 2012, 202 pages

Voilà un goût que je partage avec l'auteur, la cuisine est pour moi un lieu central sans doute le lieu le plus important de la maison. Enfant j'ai toujours fait mes devoirs dans la cuisine, au milieu des préparatifs du repas, des mouvements, cela m'aidait à me concentrer. Le charme de ce petit recueil, c'est qu'on peut s'y identifier à chaque instant. Claudel parle des parfums, que j'aurai plutôt appelés "odeurs" car certains ne sont pas agréables à proprement parler, qui rythment son jeune âge jusqu'à la vie adulte. En même temps je comprends le choix de parfums car Claudel a un rapport affectif même quand il évoque des puanteurs. C'est plein de sensibilité, ces textes courts font ressurgir des images de la vie d'avant même si on ne les a pas vécues soi-même. On voit et on sent des odeurs qui ne sont plus ou qui persistent encore et qui nous ont marqués. Des parfums surgissent des images très ciselées et très personnelles. Comme une sorte de caléidoscope olfactif, une plongée autobiographique dans l'univers de l'auteur. C'est touchant de rencontrer les membres de sa famille qui souvent sont morts aujourd'hui, de pénétrer dans son intimité, et en même temps, tous ces instants particuliers nous parlent en tant que lecteur. Cela donne envie de retracer notre histoire familiale en retrouvant des odeurs qui nous ont construits. Claudel aborde avec beaucoup de liberté des choses intimes: sa sexualité, ses peurs, son goût pour les mauvaises odeurs et c'est vrai que sentir est toujours très prêt de ressentir. J'aime toujours autant le style de Claudel, brillant sans être affecté, avec de petits clins d'œil à sa culture littéraire sans en faire étalage, un vrai gentleman de l'écriture. L'odorat reste un sens assez peu travaillé en littérature (si on excepte le très célèbre Parfum de Süskind). Claudel se livre à une exploration vraiment très réussie de cette sensation vécue par tous et pourtant laissée de côté car peut-être trop triviale. A lire comme une madeleine sensuelle.

Commenter cet article