Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par virago

... posséder trop de fric faisait partie des problèmes qu'il aimait bien avoir.
PAPER MONEY, Ken Follett, Le Livre de poche, 2013, 334 pages, traduction Viviane Mikhalkov


Une valeur sûre pour me sortir un peu du marasme livresque des jours précédents (pour secouer un peu aussi la publication du blog, un peu en veilleuse ces jours-ci.)

Toute l'intrigue est organisée autour d'une seule journée qui est découpée heure après heure. Plusieurs personnages apparaissent: un politicien, un malfrat sans pitié, un homme d'affaires véreux prêt à toutes sortes de magouilles pour obtenir de l'argent, un éditeur usé par le métier, un journaliste fatigué... Chacun a une histoire singulière, chacun vit son existence et puis petit à petit, on se rend compte que tous ont des liens entre eux et qu'ils n'appartiennent en fait qu'à un seul et même ensemble: les gens prêts à tout pour l'argent ou la gloire.

Follett explore les relations étroites qui unissent la presse, la finance et la délinquance. Des milieux ayant plutôt une réputation de probité s'avèrent en réalité aussi malhonnêtes que les mafieux car ils utilisent les mêmes méthodes tout en se réfugiant dans leurs bureaux au mobilier design et au cadre luxueux. La différence est en quelque sorte dans le fait de se salir ou non les mains. Les journaux tout en clamant haut et fort leur volonté de montrer la vérité sont plutôt soumis à une forme de censure au vue de leurs liens avec les sphères du pouvoir.  
Un bon roman, assez divertissant mais pas bouleversant non plus

Commenter cet article